Projet Togo 2017: résumé des aventures

Le 5 février 2018

Après avoir cherché pendant de longs mois des subventions pour leur projet (construction d’une salle de classe de maternelle à Kpalimé), réalisé les ventes de crêpes les moins rentables de l’histoire et finalement rassemblé les fonds requis pour démarrer le chantier, l’équipe du projet humanitaire 019 s’est envolée le 10 juillet 2017 pour le Togo. Voici un petit résumé de cette aventure exceptionnelle.

Dès la sortie, à l’aube, de l’aéroport de Lomé, nous rencontrons finalement Hyacinthe et Fog, nos correspondants de l’ONG ASOF, après plusieurs mois de mails échangés et d’appels. Avant de se diriger le soir vers Kpalimé, nous passons la journée dans la capitale, afin de commencer à se familiariser avec cette notion capitale qu’est « l’heure togolaise », bien pire que les « On arrive dans 10 minutes ! » du WEI, mais aussi pour remplir d’innombrables formalités administratives. Une fois installés à Kpalimé, nous avons pu rencontrer tous les membres d’ASOF ainsi que les volontaires togolais qui allaient nous aider sur le chantier. Il y avait par exemple David l’expert en sapologie, Kudjo le presque-mannequin ou encore Manuella et son faible pour les Jolly français, et surtout Maurice, ancien grand footballeur, philosophe en fin de soirée, alcoolique notoire et pilote de van à en faire baver Vin Diesel. Les travaux, qui ont fortement avancé pendant les trois semaines de notre séjour, ont révélé les talents de pelleteur acharné de Simon, mais également permis à Arthur, frustré de ne pas avoir terminé son stage, de se défouler à grands coups de pioche sur le sol pendant que Gaïa se faisait crooner par le chef du village. Nous avons tous plus ou moins abandonné notre prénom au profil de surnoms musicaux : « Jeff-Jeff », « le Grand Luís », « Kwentino-Kwentino » ou encore le légendaire « Arnold la Moustache », qui a failli être dé- claré trésor national togolais. Le chantier et la vie quotidienne se sont déroulés dans une ambiance géniale, aidée par l’enceinte et la bonne humeur permanente de Maïlys, et ont été ponctués par les ordres de Clarisse qui s’est découvert une vocation pour la conduite de travaux. 11 Ce fut vraiment un superbe échange, dans lequel nous avons pu découvrir une toute nouvelle culture : des traditions surprenantes, des fêtes totalement nouvelles, le sodabi, des paysages à couper le souffle ou encore le pastis à 1,80€ la bouteille ; mais aussi apporter beaucoup à nos hôtes : les passes de rock, le concept d’optimisation et surtout, la « chasse à l’ours » en voie de devenir l’hymne national de la région. Paul a pu apprécier les sites inscrits à l’UNESCO mais aussi réaliser qu’il avait encore des progrès à faire en taekwondo. Malgré la fatigue, les antipaludiques, la tourista, les menus parfois répétitifs et les arnaques touristiques, nous avons su profiter de chaque jour grâce à nos nouveaux amis togolais, aux ananas succulents, aux enfants adorables, aux matchs de foot au milieu des zébus, aux douches au seau et à la gentillesse de gens. Les membres d’ASOF furent parmi les derniers humains à rencontrer Eliot avant son suicide capillaire estival. Le chantier s’est poursuivi après notre départ pour s’achever en octobre. La salle de classe est d’ores et déjà occupée par les élèves et c’est pour nous tous une grande fierté d’avoir contribué à ce projet. Ce voyage nous aura tous profondément marqué et restera dans nos souvenirs comme l’un des moments les plus forts de notre passage aux Ponts. Arnaud, Arthur, Clarisse, Eliot, Gaïa, Jeff, Louis, Maïlys, Paul, Simon et moi-même remercions profondément tous ceux qui, par leurs actions, leurs dons ou leurs encouragements nous ont permis de mener à bout cette aventure, et encourageons tous les élèves à se lancer dans de telles expériences inoubliables.

Projet Humanitaire 2016 : construction de classe scolaire au Togo !

Le 14 Mars 2016

Actuellement, le collège municipal du quartier de Nyivémé, dans la ville de Kpalimé (90 000 habitants) située dans le Nord-Ouest du Togo, compte plus d'élèves que de places dans ses salles de classe. Un tiers des élèves de 5ème a cours dehors, sous un hangar de fortune couvert de paille. Alertée par cette situation, l'association ASOF-TOGO* a fait un appel à étudiants ingénieurs en France pour construire un bâtiment supplémentaire et l’aménager. Ce bâtiment, qui accueillera une troisième classe de 5ème, allégera les effectifs des deux classes actuelles qui comptent respectivement 120 et 121 élèves.

C'est dans cette logique que Dévelop'Ponts s’est portée volontaire pour prendre en charge cette mission en coopération avec ASOF-Togo. L’objectif global du projet consiste donc en la mise en place d’un bâtiment scolaire pouvant accueillir 80 élèves et l’acquisition du mobilier scolaire nécessaire, notamment 40 tables-bancs. Il s’agit ainsi d’alléger la densité des élèves dans les classes de 5ème et de contribuer à l’amélioration des conditions de dispensation des cours par les enseignants.

Cet été, nous sommes cinq élèves à nous rendre sur place pour participer à la construction et à l'ameublement. Cette aventure humaine sera aussi l’occasion de sensibiliser la population locale à l'importance de la scolarisation.
Ce projet représente d’abord pour nous une expérience interculturelle passionnante. Il constitue aussi l’opportunité de mettre nos compétences en génie civil, tradition de l'Ecole, au service d’une cause que nous jugeons durablement utile.

En attendant notre arrivée, nous apportons à ASOF les fonds nécessaires à l’achat des matériaux de construction. Pour cela nous participons à divers concours à projets solidaires et nous lancerons une campagne de crowdfunding en mai. Plusieurs camarades se joignent aussi à l'équipe pour organiser en amont divers événements étudiants sur le campus (ventes de gâteaux, animation de foodbar...).

* ASOF-TOGO (Action SOlidarité sans Frontières) est une association de volontaires bénévoles, apolitique et à but non lucratif, créée le 29 juillet 1999 et enregistrée sous le N° 6148 du Ministère de l'Intérieur et de la Sécurité /SG. Elle s'est assignée comme mission d' « inciter les hommes à adopter des comportements visant la protection de l'enfant, de l'environnement et à œuvrer pour la promotion d'un développement durable, harmonieux et responsable ; dans un environnement sain, productif et prospère ».